Vivre, là
un vibrant hommage aux habitants du Mercantour

« Partis à la rencontre des habitants du Mercantour, Noëlie Pansiot et Éric Lenglemetz sont devenus des chasseurs de l’invisible. Aux témoignages émouvants répond des portraits, dont le noir et blanc révèle le caractère puissant des hommes et des femmes de ces hautes vallées. Ici la montagne résonne avec la reconquête du sauvage. Ici se conjugue le chant de la modernité, sagesse des anciens autant que désir d’expérimentation de nouveaux modes de vie » (Extrait  de la postface du livre ‘Vivre, là’)

Un Extrait du portfolio

Marc, ouvrier sentier : « je me sens très humble devant la montagne et à la fois je m’y fonds. Il me suffit d’arpenter un sentier, de déboucher sur une crête et je n’ai plus envie de redescendre. Une fois en bas, l’image reste plusieurs jours en tête, je suis toujours là-haut. le corps physique est redescendu dans la vallée, mais l’esprit est là haut »

 Roger, 94 ans, Pionnier du Parc : « quand j’ai eu 18 ans, mon père m’a dit : il y a une chose importante à savoir dans la vie : ne te regarde pas le nombril, parce que ça ne sert à rien. Essaye de faire quelque chose de totalement désintéressé, de manière que, dans tes vieux jours , tu puisses te retourner et voir ce que tu as construit. Alors , tu n’auras pas vécu inutilement »

Marie, Fromagère : « Pour moi, la passion, c’est aussi sentir pleinement qu’on fait partie d’une chaine qui a du sens, du début à la fin. Du coup, j’ai vraiment l’impression d’être à ma place »